loader image

Skip links

Dans le bus

4 personnes, un bus,
Et un monde vide, vide, vide…

Chapitre 1
Le matin de Louis

Ce matin-là, Louis s’était réveillé particulièrement tôt. Il avait pris sa douche et, ensuite, il
s’était habillé. Comme à l’habitude quoi. Sauf que ce matin, c’est lui qui devait préparer ses
enfants, Sébastien et Justine, pour l’école et la garderie, car sa femme, Elizabeth, avait dû
partir pour un rendez-vous chez le médecin. Vous vous dites surement que c’est normal de
s’occuper de ses enfants de temps en temps, mais pour Louis, c’était une des premières
fois. Sa conjointe travaillait de la maison, alors c’était elle qui élevait les deux petits diables.

Donc, Louis réveilla les enfants. Sébastien, âgé de huit ans, commença à tirailler sa petite
sœur de quatre ans qui, elle, commença à crier. Louis se dit que le matin allait être long,
d’autant plus qu’il venait tout juste de s’amorcer !

– Les enfants, voyons, calmez-vous ! lança Louis.
– Ahhhh, mais lâche-moi Sébastien ! cria Justine en pleurnichant.
– Ha ha, je te tiens ! lança le grand frère.

C’est ainsi que débuta la folle matinée de Louis. Celle-ci se poursuivit à table pendant le
déjeuner : bataille de céréales et de tartines ! En s’habillant, Sébastien et Justine vidèrent

leurs tiroirs et sautèrent sur leurs lits. Se brosser les dents fut l’étape laissant les traces les
plus pénibles à nettoyer. Les miroirs étaient couverts de dentifrice et les brosses à dents
flottaient dans le bol de toilette ! Pour ce qui est de mettre les manteaux, Louis préfère ne
même pas en parler !

Enfin, ils étaient installés dans l’auto et prêts à partir. Après être passé par l’école et par la
garderie, Louis se voyait déjà bien tranquille dans son bureau, à manger les M&M’s qu’on lui
avait donnés pour son anniversaire une semaine auparavant, quand tout à coup, le moteur
de sa voiture commença à faire des bruits étranges. Il se dit :

– Pourquoi ne pouvais-je pas avoir un matin comme les autres ?

Désolée mon pauvre Louis, mais ton matin horrible ne faisait que commencer…

Il se rendit donc chez son mécanicien pour que celui-ci répare sa vieille voiture.

– C’est un problème avec le moteur. On peut vous régler ça, mais ce ne sera pas prêt
avant demain soir, mon cher monsieur, déclara le mécanicien.
– C’est correct, je vais m’arranger… dit Louis d’un ton qui avait l’air optimiste, mais qui,
en fait, ne l’était pas.

Louis quitta son mécanicien et regarda son téléphone intelligent. Le moyen de transport le
plus rapide pour se rendre au travail: le bus. Louis n’avait jamais pris l’autobus avant ce
matin-là. Il se déplaçait en voiture depuis qu’il avait son permis, alors il n’avait jamais eu à
prendre le transport en commun. C’est lors d’un matin de malchance qu’il devait prendre
l’autobus pour la première fois ! Louis frémit de terreur. Lui qui était assez superstitieux, il

aurait préféré prendre l’autobus une autre fois où il aurait été, disons, plus chanceux !
Malgré sa peur profonde, il se dirigea vers l’arrêt le plus près et il attendit, les mains moites.

À suivre…