loader image

Skip links

Effacer ses erreurs avec la gomme Staedtler !

Vous vous êtes surement déjà retrouvé à être obligé d’utiliser un des ces horribles morceaux de plastique appelés « effaces ».

Malheureusement, la plupart des gommes à effacer ruinent le papier et se désagrègent avec le temps.

Voici un petit guide des meilleurs modèles de gommes à effacer… et ceux qui sont à éviter !

Après le crayon à mine, l’efface est l’objet le plus important des écoliers. C’est un accessoire vital particulièrement vénéré lors des productions écrites, où il faut si souvent couper et effacer du texte qu’on se ramasse souvent avec une montagne de rognures d’efface sur le bureau. Dans ces moments cruciaux, il est important de se munir d’une gomme de qualité. Avant de classer les marques d’effaces pour aider les élèves à faire un choix éclairé, examinons tout d’abord la composition des effaces.

Au 17e siècle, le meilleur moyen d’effacer ses erreurs d’écriture était de frotter le papier avec une lame (quelle mauvaise idée de confier un couteau à un élève !). Puis, un jour, le latex d’Amazonie (sécrétion blanche d’un arbre, l’hévéa) fut découvert.  

En 1770, le scientifique Joseph Priestley remarqua que le latex absorbait bien les traces de mine et il commença à populariser son utilisation sous forme d’efface.

Malheureusement, le latex, comme n’importe quelle substance végétale, finit par brunir et pourrir avec le temps, ce qui en fait une efface peu efficace et éphémère.

En 1839, de nouvelles méthodes sont mises au point pour transformer le latex en caoutchouc imputrescible (qui ne pourrit pas). La gomme à effacer prend alors de l’essor.

De nos jours, trois ingrédients principaux composent les gommes : de l’huile, du caoutchouc (souvent synthétique) et de la pierre ponce. Ce dernier ingrédient, s’il paraît étrange, sert en fait à rendre la gomme plus rugueuse et permet d’effacer plus en profondeur. 

Les gommes à effacer qui peuvent enlever les marques de stylo sont plus riches en pierre ponce, car elles gratteront plus le papier. Bien évidemment, il y a une limite à dire qu’on peut effacer le stylo, sinon on finit par passer au travers de la feuille !

Le saviez-vous ?

Les effaces traditionnelles comportaient deux couleurs ; le côté rose servait à effacer sur le papier et le côté bleu servait supposément à effacer l’encre. En fait, le côté bleu était tout simplement plus abrasif et permettait d’effacer sur des surfaces plus dures, comme le carton.

 

Aujourd’hui, trouver des effaces faites de latex est moins courant, car des composés plastiques et des polymères ont depuis bien longtemps remplacé le caoutchouc traditionnel. La plupart des gommes à effacer sont donc composées de matières plastiques telles que le vinyle.

Le PVC et les phtalates, c’est quoi ?

Sur les étiquettes, il est parfois indiqué « sans PVC ». C’est en fait l’acronyme de polychlorure de vinyle, une substance plastique qui fait polémique à propos de ses effets sur la santé. Les scientifiques s’entendent toutefois pour dire que le PVC est inoffensif à moins d’être brûlé, car il dégagera alors des gaz toxiques.

Quant aux phtalates, ce sont des groupes de produits chimiques qui servent à la fabrication des plastiques tels que le PVC. Encore une fois, si vous ne brûlez ni ne mangez votre gomme à effacer, vous ne devriez pas mettre votre santé en danger.

Malgré tout, elles sont près de deux fois plus chères que les effaces ordinaires, dépendamment de la sorte (ex. : les effaces Rasoplast sont moins coûteuses que les effaces Mars Plastic)

Staples, à éviter !

Je pense que les effaces Staples (fabriquées par Bureau en gros) sont les pires effaces que j’aie jamais utilisées. La texture est affreusement épouvantable ; on dirait que les gommes sont recouvertes d’une pellicule d’huile et de craie ! De plus, elle s’effritent en un rien de temps et il faut utiliser au moins la moitié de l’efface pour obtenir un résultat similaire aux Staedtler.

Malgré tout, elles sont près de deux fois plus chères que les effaces ordinaires, dépendamment de la sorte (ex. : les effaces Rasoplast sont moins coûteuses que les effaces Mars Plastic)

 

Staples, à éviter !

Je pense que les effaces Staples (fabriquées par Bureau en gros) sont les pires effaces que j’aie jamais utilisées. La texture est affreusement épouvantable ; on dirait que les gommes sont recouvertes d’une pellicule d’huile et de craie ! De plus, elle s’effritent en un rien de temps et il faut utiliser au moins la moitié de l’efface pour obtenir un résultat similaire aux Staedtler.

Pentel, un succès mitigé

Bien que les effaces de Pentel soient moins efficaces que les Staedtler, elles restent très performantes et leur prix n’est pas exorbitant. Toutefois, certains types d’effaces Pentel ayant des couleurs étranges et des parfums de fruits peuvent vous décevoir.  Mieux vaut en rester avec la version d’efface de base, le modèle HI-POLYMER.

Dollarama, oubliez ça !

Quand on veut une gomme à effacer de qualité, Dollarama est la dernière place où aller, sauf s’ils y vendent des Staedtler, ce qui est improbable.

Par contre, les effaces de piètre qualité peuvent être très jolies pour décorer un bureau :

 

L’efface est une distraction assurée !

En réchauffant et en jouant avec des rognures d’efface comme avec de la pâte à modeler, il est possible de faire des boulettes noires très divertissantes.

Leur couleur montre à quel point vos doigts peuvent être sales !

 

L’efface est une distraction assurée !

En réchauffant et en jouant avec des rognures d’efface comme avec de la pâte à modeler, il est possible de faire des boulettes noires très divertissantes.

Leur couleur montre à quel point vos doigts peuvent être sales !

 

Finissons avec cette jolie citation :

« Si tu ne peux pas être le crayon qui écrit le bonheur, sois la gomme qui efface la tristesse. »

Et la tristesse s’efface beaucoup mieux avec les Staedtler !