loader image

Skip links

Marie Chouinard brime pour libérer

Le 28 et 29 janvier dernier, les Mordus de la Danse du Collège ont eu le privilège
d’assister au spectacle bODY_rEMIX/les_vARIATIONS_gOLDBERG de la Compagnie Marie Chouinard. Pour l’occasion, la chorégraphe a dépoussiéré l’une des pièces maîtresses de son répertoire qui a su charmer le public et a offert à nouveau l’expérience unique de cette œuvre intrigante. La pièce ne plaira cependant qu’aux spectateurs sensibles à des œuvres très abstraites qui plongent leurs témoins dans une sorte de transe méditative.

Le concept est plutôt simple : explorer la liberté de mouvement des interprètes à l’aide d’une multitude de harnais, de cannes, de béquilles, de câbles ou même de chaises à roulettes. Certains gestes s’avèrent donc difficiles alors que d’autres seraient impossibles sans les accessoires. La chorégraphie devient même aérienne, par moments, et les danseurs se retrouvent plusieurs fois contraints de danser en symbiose avec d’autres avec qui ils se retrouvent liés. Le tout se joue au rythme de la musique de Bach distordue. Il se crée alors une intimité tout le long de la représentation entre le public et les danseurs, par les costumes minimalistes qui ne couvrent que très peu les danseurs, mais aussi par des micros placés sur la scène qui permettent d’entendre le son de chaque pas, chaque respiration et chaque râlement des artistes.

Bref, bODY_rEMIX/les_vARIATIONS_gOLDBERG, qui fête ses quinze ans cette année, est une œuvre à l’atmosphère à la fois étrange et envoutante qui amène de nombreuses réflexions et interprétations.